Accueil > Conseils & Études > Actualités > Études > Indice de Confiance Emploi - 3ème trime...

Indice de Confiance Emploi - 3ème trimestre 2016 : Les candidats français, toutes générations confondues, sont de plus en plus confiants 

Le 3 novembre 2016


 

3ème trimestre 2016

LES CANDIDATS FRANCAIS DE PLUS EN PLUS CONFIANTS 

A travers son baromètre « Indice de Confiance Emploi », PageGroup interroge tous les trimestres trois générations de candidats, français et européens[1], sur leur situation professionnelle et la perception économique qu’ils ont de leur pays.

En ce 3ème trimestre 2016, les candidats français sont 44% à se déclarer confiants dans l’amélioration du marché de l’emploi, un chiffre en hausse de 3 points par rapport au 2ème trimestre. Une évolution positive principalement expliquée par les moins de 30 ans dont l’indice de confiance global atteint 56% (contre 50% précédemment).

Les résultats de ce nouveau baromètre confirment donc la tendance observée lors de la première édition : plus les candidats interrogés sont jeunes plus ils sont optimistes à l'inverse des plus séniors qui se révèlent plus fatalistes.

  

Situation professionnelle : l’écart entre les générations se creuse  

Dans l’ensemble, les candidats français restent plutôt positifs sur leur propre situation professionnelle. En effet, quelle que soit la tranche d’âge interrogée, tous pensent développer de nouvelles compétences dans les prochains mois (63%) et la majorité d’entre eux (62%) estiment qu’ils mettront moins de 3 mois à décrocher une nouvelle opportunité professionnelle

Toutes les générations restent également plutôt pessimistes quant à l’amélioration prochaine de leur équilibre vie privée / vie professionnelle puisqu’ils ne sont que 37% à considérer qu’il va s’améliorer dans l’année à venir.

A noter malgré une perception générale plutôt commune de leur situation professionnelle, quelques différences commencent à apparaître entre les générations.

Ainsi, en ce 3ème trimestre, les moins de 30 ans se révèlent particulièrement confiants concernant leur évolution professionnelle avec 71% d’entre eux qui déclarent s’attendre à évoluer professionnellement soit une augmentation de 10 points par rapport au second trimestre. Sur ce même item, les 30-49 ans ne sont que 53% à être optimistes et les plus de 49 ans, 46%. De même, l’optimisme des plus jeunes en terme de revalorisation salariale a augmenté de 8 points pour s’établir à 61% alors que dans le même temps, la hausse n’aura été que de 2 points pour les 30-49 ans (47%) et de 4 points pour les plus de 49 ans (36%).

Par ailleurs, le ressenti général des 30-49 ans contraste avec l’optimisme affiché par les moins de 30 ans puisqu’ils connaissent une légère baisse de la confiance sur deux items : le développement des compétences (61% soit -3 points) et le fait d’obtenir une nouvelle opportunité professionnelle en moins de 3 mois (59% soit - 4 points).

   

Marché de l’emploi : un léger gain de confiance 

Dans l’ensemble, si la perception de la situation économique actuelle reste mauvaise pour la majorité des candidats français (69 %), ce chiffre cache cependant un léger regain d’optimisme par rapport au 2ème trimestre où ce pourcentage s’élevait à 76%, soit une baisse de 7 points. De plus, près d’un candidat sur 4 estime que la situation économique s’améliorera dans les 6 prochains mois, un chiffre en hausse de 4 points.

Concernant la situation du marché de l’emploi, les candidats restent également peu confiants puisque seul 1 candidat français sur 3 la juge actuellement bonne (31%) et près de la moitié d’entre eux n’envisage aucune amélioration dans les 6 prochains mois (47%). Des chiffres en hausse par rapport à la précédente édition : + 7 points pour la situation actuelle (24% à 31%) et + 4points pour la situation du marché dans 6 mois (37% à 41%). 

    

Des attentes professionnelles différentes selon les générations

Dans ce baromètre trimestriel, PageGroup interroge également les candidats sur leurs critères de recherche pour leur prochain poste. Si le podium des critères reste identique quelle que soit la tranche d’âge sondée, quelques différences émergent selon les générations.

Ainsi, quel que soit leur âge, les candidats français recherchent en priorité : des relations sereines avec leurs supérieurs hiérarchiques et collègues (95,6%), un bon équilibre vie privée et vie professionnelle (83,9%) et un accès à des formations professionnelles (77,6%),

Parmi les divergences notables, on note que les moins de 30 ans sont particulièrement désireux de travailler dans une entreprise offrant une possibilité de mobilité à l’international (52,8% contre 39% des 30-49 ans et 35% des plus de 49 ans) et de développer des nouvelles compétences (48,7%, contre 38% des 30-49 ans et 20,5% des plus de 49 ans). Par ailleurs, ils sont également plus intéressés que leurs ainés dans le fait de rejoindre une entreprise éthique et paritaire.

Les générations X / Y (30-49 ans) sont, elles, particulièrement préoccupées par l’accès à des formations professionnelles (81,8%) et la possibilité de faire du télétravail plusieurs jours par mois (33,9% contre 26,4% des moins de 30 ans). Elle recherche également plus que les autres un meilleur équilibre entre vie professionnelle et vie privée (17,5% des 30-49 ans à le citer contre 12% des moins de 30 ans et 10,5% des plus de 49 ans).

Les résultats de ce baromètre montrent qu’au 3ème trimestre, les candidats français sont légèrement plus confiants lorsqu’ils évoquent l’évolution de leur situation professionnelle et le marché de l’emploi. Les chiffres du chômage publiés le 26 octobre semblent d’ailleurs aller dans le sens d’une amélioration, avec un recul de 1.9% sur le mois de septembre. Néanmoins, en matière d’optimisme et de confiance, on observe de réelles disparités entre les différentes classes d’âge. Si certaines différences peuvent s’expliquer par des moments de vie, et donc des attentes ou des besoins différents selon que l’on est au début de sa vie active ou en fin de carrière,  les difficultés rencontrées par les seniors sur le marché de l’emploi - les plus de 50 ans représentent aujourd'hui 23% des demandeurs d'emploi répertoriés - se traduisent à nouveau fortement dans les résultats de cette étude." Isabelle Bastide, Présidente PageGroup France 

 Méthodologie
Ce baromètre est mené dans 12 pays européens (18 756 répondants ; en France, 1 024 personnes ont participé à l’enquête sur Q3). Les données sont obtenues sur la base du volontariat auprès des personnes, en poste ou non, ayant postulé à une offre d’emploi ou déposé leur CV sur les sites Michael Page, Michael Page Interim Management et Page Personnel.

 

Pièce(s) jointe(s) associée(s)

Contactez-nous

Agence Elan-Edelman pour PageGroup

Tél : 01 70 23 91 95

pagegroup@elanedelman.com